« Toi, moi, nous », Conte brodé

Dans le cadre de notre projet Sur le Fil 2017 avec la Maison pour tous Berty Albrecht à Aubervilliers, nous avons entrepris la création et l’illustration d’un conte sur le thème de l’égalité Femmes-Hommes.

L’écriture du conte a été réalisée avec l’aide d’Anna Charon de la médiathèque André Breton tandis qu’Auberfabrik a accompagné la réalisation des broderies et la mise en forme. La réalisation du projet s’est étalée de septembre 2016 à décembre 2017.

Nous avons ensuite monté sur châssis  les 17 toiles de 40X80 cm qui ont été exposées au nouvel Espace familles où la Maison pour tous Berty Albrecht a pris place depuis peu.

Lors de la soirée d’inauguration le 11 avril dernier, ce travail a fait l’admiration de tous pour la plus grande fierté des brodeuses.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

“TOI, MOI, NOUS”

« Il était une fois, dans une Cité lointaine, une femme et un homme qui vivaient avec leurs trois enfants.

Tous les jours, l’homme préparait le petit-déjeuner de la famille avant de passer une journée harassante, puis savourait le soir un repos bien mérité.

Tous les jours, la femme préparait les enfants, les emmenait à l’école, à la crèche, passait la journée au travail, récupérait les enfants, les préparait à nouveau pour le coucher tout en cuisinant, et finissait par les vaisselles du matin et du soir.

Un soir, il se trouva que par hasard, tous les deux étaient dans le même métro sans le savoir. Epuisé, l’homme rêvait, déjà, comme chaque soir, de se prélasser dans son canapé. Epuisée, la femme, elle, organisait méthodiquement sa deuxième journée, avec une pointe de jalousie en pensant à son mari.

Soudain, un éclair aveuglant fendit l’obscurité. Chacun de leur côté, ils aperçurent une petite femme au regard malicieux, qui les dévisageaient étrangement. Un frisson les traversa de la tête au pied à en perdre l’équilibre.

La femme, sans comprendre ce qui venait de se produire, alla, comme à son habitude, chercher ses enfants à la crèche puis à l’école. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque ses enfants, tout heureux, s’exclamèrent : « Ouais, super, papa est venu nous chercher ! ». Interloquée, constatant qu’elle portait effectivement des vêtements étranges, elle se précipita devant la première vitrine venue, et s’aperçut, horrifiée, qu’elle habitait le corps de son mari !

Une fois rentrée, elle se retrouva face à elle-même et entendit sa propre voix lui reprocher: « Mais qui est dans mon corps?  Qui parle? C’est de la sorcellerie!?!? » Le mari qui se retrouvait dans le corps de sa femme resta bouche bée. Les enfants trouvèrent cette scène étrange mais tellement drôle !

Après la surprise, la femme ressentit un malin plaisir à l’idée de vivre la vie de son mari pour se prélasser le soir.

Elle profita aussitôt d’être dans le corps de son mari pour passer une de ses fameuses soirées qu’elle lui enviait si souvent. Une fois arrivée au pub, elle retrouva les amis de son mari et commencèrent à discuter de leur journée, de leur travail. Il lui était bien difficile de participer à cette conversation dont elle ne maîtrisait pas tellement les termes. Ses amis le (la) trouvaient bien bizarre ce soir…

De son côté, le papa découvrait les joies de l’organisation familiale. Les pâtes avaient débordé, les steaks étaient carbonisés, le petit avait tenté de noyer le grand dans l’eau du bain. Laissant la vaisselle du jour et les enfants faire leurs devoirs, le papa cherchait désespérément un pyjama propre pour coucher tout son petit monde… »

Toutes les photos sont dans la galerie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s